[RampUpParis] Facebook : innovation et régulation au service du progrès (Laurent Solly)

By | octobre 10, 2019

Intervenant : Laurent Solly (vice-président Facebook South EMEA)

Vous aviez manqué la première conférence de cette journée dédiée à l’univers MarTech en France ou vous souhaitez simplement vous remémorer cette conférence ? Voici une petite séance de rattrapage. Découvrez le live de Laurent Solly, vice-président Europe du sud de Facebook, pour comprendre pourquoi et comment l’innovation et la régulation sont indispensables à un progrès maitrisé.

Toute la réflexion de cette conférence part d’un point : l’innovation est le moteur de l’industrie et le pilier des entreprises de technologie. Pourtant, afin de s’adapter au défi d’une société ultra connectée, elle doit être aussi au service de la régulation et de la responsabilité. Seule la somme de ces points peut permettre d’assurer le progrès global. Voyons comment l’innovation est pleinement partie prenante de la réussite d’une entreprise comme cela peut être le cas chez Facebook.

Joseph Schumpeter : théorie de la destruction créatrice

Les entreprises sont mortelles, mais contrairement à l’humain, il est impossible d’avoir une idée de leur espérance de vie. Beaucoup meurent dans les premières années, certaines survivent des dizaines d’années et se transmettent de génération en génération, devenant de véritables institutions. Le point commun de ces entreprises à la limite de l’immortalité ? Une capacité à innover pour s’adapter à l’évolution de la demande. C’est du moins ce qu’a affirmé Laurent Solly pendant sa prise de parole : « Les entreprises sont devenues elles aussi mortelles, notamment du fait de leur incapacité à soutenir ce nouveau paradigme ». 

La cause de la mort donc, c’est l’incapacité de l’entreprise à soutenir le rythme de l’innovation. C’est pourquoi l’innovation doit être au cœur des entreprises et prendre une place toute particulière. L’entreprise doit devenir actrice de la transformation et être réactive. À aucun moment elle ne doit en être spectatrice, et encore moins la subir.

Cette place prépondérante de l’innovation est encore plus vraie aujourd’hui qu’il y a 100 ans, car le phénomène s’accélère. À titre d’exemple, au cours du 20e siècle, on comptait 1 milliard de TV, aujourd’hui, on dénombre 1 milliard de téléphones.

L’innovation peut bouleverser, mais elle peut aussi être un véritable moteur de déploiement, à l’image de Facebook qui en a fait sa culture interne comme l’a fait remarquer son vice-président FR : « Plus qu’une affaire de technologie, c’est une question de culture ». 

Comment l’innovation est-elle véhiculée chez Facebook ?

L’ADN de l’entreprise

À l’origine, Facebook est une entreprise digitale, qui permet de dialoguer avec un réseau de personnes depuis un ordinateur. Mais en seulement quelques années, Facebook a beaucoup évolué, intégrant de nouvelles fonctionnalités et se rendant disponible n’importe où sur un Smartphone. 

L’innovation est au cœur du développement de l’entreprise. Plus qu’un acte purement technologique, elle est aussi pleinement partie prenante de l’ADN de l’entreprise. Pour évoluer en restant toujours en phase avec la demande de ses utilisateurs, voire en la devançant, Facebook est régi par plusieurs cultures :

  • Culture de la vitesse : le monde va vite, alors il faut aller vite ;
  • Culture du test and learn : comprendre et développer ces innovations ;
  • Culture Down its better than perfect : les innovations doivent être testées en milieu réel avant d’être déployées ;
  • Culture de communication transparente : Facebook partage ses contenus, ses ressources pour être parfaitement transparent avec ses utilisateurs. Toutes les recherches IA (Intelligence Artificielles) sont en open source pour l’entreprise et pour les utilisateurs.

Une démarche d’innovation partagée

Pour Facebook, l’innovation ne s’envisage pas en étant seul, mais elle doit être construite avec les partenaires, d’autant plus dans le cas d’innovation en réalité virtuelle.

D’autre part, l’innovation numérique n’a pas uniquement un impact digital, mais également un impact physique, qui nécessite de se pencher sur la question avant le déploiement de l’innovation. À ce titre, opposer le monde du off et du on n’a pas d’intérêt, il est à l’inverse plus pertinent de travailler ensemble.

Partager l’innovation dans le but de la développer est le moteur de croissance de l’entreprise. C’est le pilier de l’innovation par Facebook qui explique que l’entreprise est capable d’innover aussi efficacement.

Responsabilité et régulation pour limiter les risques

Aujourd’hui, 2,7 milliards de personnes utilisent au moins l’une des applications des marques de Facebook, ce qui entraine immanquablement des risques importants pour Facebook.

Malveillance, utilisation détournée des services, fausses pages, problèmes politiques… La croissance de Facebook et de ses marques oblige l’entreprise à répondre à de nouveaux enjeux. Facebook est donc constamment à la recherche d’innovations pour lutter contre les risques que cette croissance induit.

Pour faire face aux défis de sociétés connectées, l’innovation a grand besoin de responsabilité, car la responsabilité crée la confiance. Réguler de manière intelligente dans un monde ultra-connecté est au cœur des préoccupations de l’entreprise. En effet, tout en régulant et en responsabilisant, il est important de laisser une part de liberté aux utilisateurs. De nouveaux dispositifs sont donc régulièrement mis en place pour régler ces enjeux, qui sont d’une importance capitale pour l’entreprise.

Facebook publie chaque semestre un rapport de transparence dans lequel il dévoile les points clés de sa lutte contre les contenus haineux, pédopornographiques, violents… Le taux de détection proactive de haine est de 65 % grâce aux dispositifs déjà mis en place. 2,19 milliards de faux comptes ont été supprimés de la plateforme rien que sur le premier trimestre 2019.

Cependant, les innovations développées à ce jour ne sont pas encore suffisantes. Pour exemple, 500 personnes ont été dédiées à la supervision des plateformes pendant les élections européennes. Facebook continue de renforcer la responsabilité et la régulation sur ses plateformes à l’aide d’une innovation constante.

Développer l’alliance entre les innovations technologiques et la responsabilité des utilisateurs permet de créer un cadre de confiance. Laurent Solly l’a affirmé : « Nous devons assumer notre part en prenant les dispositions nécessaires pour les neutraliser. L’innovation a besoin de responsabilité, car il n’y a pas de progrès sans confiance ». 

Pour lui, le progrès permettra donc de résoudre les soucis liés à une société connectée, mais à l’unique condition qu’un cadre de confiance soit instauré.

Vidéo de la session :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *